Skip to content


Updated: In the Face of the Courts

*** Français ci-dessous. ***

*** Since Guelph ABC posted “In the Face of the Courts”, we have been reflecting on our decision and realized it would have been better to give more consideration before retracting all support for Girr. We wrote this statement to share the story as a learning experience that we can all draw from. The mistakes in the court represented a grey area, and the folks in Guelph ABC don’t all share the same views on how to approach support in this situation. Since we cannot condone the actions taken in court, not all of us feel comfortable giving him money from the GABC G20 fund. However, we do feel that Girr deserves support. Although we will not be collecting the funds for him, his mailing address in jail and fundraising info will be posted on the blog as well as his statement on the events. We will let folks know of any events being organized for him. People can also get in touch with fundraising efforts for Girr here. Following is a slightly edited version of the statement originally posted on our blog to reflect our current position. ***

See Girr’s statement on the court process here.

This statement is to those who identify with struggle and who understand the dangers of playing into the hands of the state. A friend to many – Girr Rowley – made a bad choice in the course of his court process, and it is with sadness that we convey now the story and what it means to us.

Girr was identified in November, 2010, as having smashed a window in downtown Toronto during the anti-G20 protests that were taking place there. He was charged with public endangerment, masked with intent, and mischief under $5000. After more than a year of court process, Girr pled guilty to all charges.

During his sentencing hearing on January 27, 2012, the defense (Girr) was asked to agree to a Statement of Fact*. In this submission, Girr was portrayed in photos with other demonstrators. Some were masked and some were not. The prosecution (Crown) speculated the identity of one masked demonstrator, and asked the defense to confirm their identity. Girr made it clear that if he was to agree to the Statement of Fact, it had to be with consent to the person implicated. Girr’s Lawyer, Davin Charney, consulted with the other defendant’s lawyer (but not the defendent themself), and assured Girr that there would be no legal repercussions if Girr confirmed this other person’s identity. As for Charney, his background as a radical lawyer and community member gave Girr every reason to believe him. A week later, Girr was sentenced to nine months in jail.

Whether or not Girr’s action will have legal consequences for the other person, he did identify them in photos without their direct consent. This amounts to a level of cooperation with the State that we, as an organization, cannot support.

Many mistakes were made. Both Charney and the other defendant’s lawyer thought it was appropriate to make decisions on behalf of someone without consulting them. The “statement of fact” shouldn’t have gone through without a fight. Girr made a mistake by identifying someone else in court without their direct consent.

We recognize this situation for what it is and for what it is not. Our community is still recovering from a two year undercover police operation, and the exposure of long-term paid informants. Clearly, Girr’s cooperation is nowhere near the same level as these informants. Cooperation isn’t black and white. There is a spectrum, and many people fall into a grey area of cooperating in court without desiring to do so. Girr did not benefit, or think he was going to, for allowing this information to be submitted in court. None of this excuses these actions, but rather gives us motivation to effectively resist these manipulations in the future.

This is not the first time that people facing G20 charges have fallen into similar grey areas.

Court is designed to disempower people and make them dependent on lawyers and judges. There is no “self-representation” in canadian law; there is only representation and non-representation. Lawyers are trained to reduce time served for their clients. They are not trained to uphold their moral fabric, or to take co-accused or other people’s needs into account. Girr’s mistake shows us that when we are not prepared to be solid in the face of the courts, or even in the face of our own lawyers, our principles risk being compromised. It is fundamentally important that we learn to be unwavering in the face of courts, be vigilant in the face of lawyer maneuvering, and be sure to always keep our principles at heart.

Sometimes assumptions are made about what constitutes state cooperation, and what the appropriate reactions to that are. We encourage people to interpret the facts carefully, and to recognize that Girr is currently serving a prison term. Keep in mind that Girr is sitting in jail right now and throwing around loaded words could endanger his safety.

Given this interpretation of events that led to Girr cooperating, we encourage individuals to decide whether or not to offer support throughout Girr’s incarceration. Many comrades here will still be supporting him. It is our responsibility to learn together about how to resist our principles being compromised within the court process. Let us not be led into a trap that we don’t see coming.

Solidarity, In Unwavering Struggle,
Guelph ABC

* Statement of Fact: Every plea deal includes a Statement of Fact. It includes all of the evidence that is being brought forth against the defence. It must be agreed to by both the defense and the prosecution, and is often contentious.

{{{A}}}

***Depuis que la ABC de Guelph a publié ‘’In the Face of the Courts’’, nous avons réfléchi à nos décisions et réalisé qu’il aurait fallu y penser davantage avant de retirer tout soutien à Girr. Nous avons écrit ce communiqué afin de partager cette histoire comme une expérience de laquelle nous pouvons tirer des leçons. Les erreurs faites en Cour représentent une zone grise, et les gens de ABC Guelph ne partagent pas tous et toutes le même point de vue sur comment amener un soutien dans une telle situation. Compte tenu que nous ne pouvons cautionner les actions prises en Cour, ce n’est pas tout le monde parmi nous qui sommes confortables quant à l’idée de lui donner de l’argent provenant du fonds de défense du G20. Toutefois, nous sommes d’accord que Girr mérite un soutien. Bien que nous ne collecterons pas d’argent pour lui, son adresse postale en prison et des informations concernant les donations seront publiées sur le blogue de même que sa déclaration sur les événements. Nous laisserons savoir les gens à propos de tout événement organisé pour lui. Vous pouvez d’ailleurs connaître les efforts de collecte de fonds pour Girr ici. Ce qui suit est version légèrement éditée du communiqué publié originellement sur notre blogue afin de présenter notre position actuelle. ***

Ce communiqué est pour ceux et celles qui s’identifient à la lutte et qui comprennent les dangers de jouer selon les règles de l’État. Un ami de plusieurs – Girr Rowley—a fait un mauvais choix dans le cadre de son procès, et c’est avec tristesse que nous diffusons cette histoire et ce qu’elle signifie pour nous.

Girr a été identifié en novembre 2010 comme ayant fracassé une fenêtre dans le centre-ville de Toronto durant les manifestations anti-G20 qui ont eu lieu là-bas. Il a été accusé de mise en danger du public, être masqué avec intentions criminelles, et méfait en dessous de 5000$. Après plus d’une année de processus judiciaire, Girr a plaidé coupable sur toutes les charges.

Pendant l’audience sur la sentence, le 27 janvier 2012, il a été demandé à la défense (Girr) d’accepter à une Déclaration des Faits*. Dans cette demande, Girr a été associé en photos avec d’autres manifestantEs. CertainEs étaient masquéEs, d’autres non. La Couronne a spéculé sur l’identité de l’un des manifestantEs et a demandé à la défense de confirmer son identité. Girr a bien fait savoir que s’il acceptait de procéder à une Déclaration des Faits, cela devrait être avec le consentement des personnes impliquées. L’avocat de Girr, Davin Charney, a assuré Girr qu’il n’y aurait aucune répercussion légale si ce dernier confirmait l’identité des autres personnes. Quant à Charney, son passé d’avocat radical et de membre de la communauté donnait à Girr toutes les raisons de le croire. Une semaine plus tard, Girr était condamné à neuf mois de prison.

Que les actions de Girr aient ou non un impact légal sur les autres personnes, il les a effectivement identifié sur des photos sans leur consentement directe. C’est un degré de coopération avec l’État que nous, en tant qu’organisation, ne pouvons supporter.

Bien des erreurs ont été faites. À la fois Charney et d’autres avocats de la défense ont pensé qu’il était approprié de faire de telles décisions au nom des accuséEs sans même les consulter. Cette «déclaration des faits» n’aurait pas dû se faire sans un combat. Girr a fait une erreur en identifiant quelqu’un d’autre sans son consentement directe.

Nous reconnaissons cette situation pour ce qu’elle est et ce qu’elle n’est pas. Notre communauté est encore en train de récupérer d’une opération d’infiltration policière de deux ans, et du dévoilement d’informateurs payés sur une longue période. Il est clair que la coopération de Girr n’est aucunement du même niveau que ces informateurs. La coopération n’est pas blanche ou noire. C’est un spectre, et plusieurs personnes tombent dans la zone grose de la coopération en Cour sans en avoir le désir. Girr n’a pas tiré bénéfice –ou pensé qu’il aurait pu—à donner ces informations à la Cour. Rien de cela n’excuse ses actions, mais nous donne plutôt les motivations pour résister à ces manipulations dans le futur.

Ce n’est pas à première fois qu’un accusé du G20 soit tombé dans de telles zones grises.

La Cour sert à rendre les gens impuissantEs et les rendre dépendant de la magistrature et des avocatEs. Il n’y a pas d’«auto-représentation» dans la loi canadienne; il n’y a que la représentation et la non-représentation. Les avocatEs sont forméEs à réduire la durée de la peine de leurs clients. Ils et elles ne sont pas forméEs à affirmer leurs positions morales, ou à prendre en compte les besoins des co-accuséEs et autres personnes. L’erreur de Girr nous démontre que quand nous ne sommes pas solidement préparés à faire face à la Cour, ou même à faire face à nos propres avocatEs, nos principes risquent d’être compromis. Il est essentiel que nous apprenions à être stoïques devant la Cour, être vigilantEs devant les manoeuvres des avocatEs, et être sûrEs de toujours garder nos principes à coeur.

Parfois les suppositions sont faites selon ce que constitue la coopération avec l’État, et ce qu’il est approprié d’avoir comme réaction à cela. Nous encourageons les gens à inerpréter les faits avec attention, et à reconnaître que Girr purge actuellement une peine de prison. Gardez en tête que Girr subit la prison en ce moment même et avoir des mots chargés pourrait mettre en danger sa sécurité.

Compte tenu de cette interprétation des événements qui ont mené Girr à coopérer, nous encourageons les individus à décider par soi-même d’offrir ou non un soutien pendant l’incarcération de Girr. Plusieurs camarades ici vont continuer à le soutenir. Il est de notre responsabilité d’apprendre ensemble comment résister aux compromissions de nos principes pendant le processus judiciaire. Nous ne laissons pas mener à une embuscade que nous n’aurons pas vu venir.

Solidarité, en lutte imperturbable,

ABC Guelph

*La Déclaration des Faits : chaque plaidoyer de culpabilité inclut une Déclaration des Faits. Cela inclut toutes les preuves qu’il a été amené à l’encontre de la défense. Elle doit être acceptée à la fois par la Couronne et la défense, et est souvent controversée.

 

Posted in G20 Update, Repression, Southern Ontario.


One Response

Stay in touch with the conversation, subscribe to the RSS feed for comments on this post.

Continuing the Discussion

  1. Guelph ABC G20 Repression Update: March 2012 « Denver Anarchist Black Cross linked to this post on 03/19/2012

    […] Guelph ABC’s statement: “In the Face of the Courts” & Girr’s […]



Some HTML is OK

or, reply to this post via trackback.